Fidéle jusqu'a la mort !

France

ACP de Lorraine Nationaliste contre une marche antifamille à Nancy

ACP de Lorraine Nationaliste contre une marche antifamille à Nancy

Ce 31 mai, Lorraine nationaliste contre-manifestait à Nancy alors que plusieurs dizaines de dégénérés souillaient les rues de la capitaine lorraine.

Bravo aux lorrains !

Publicités

A l’aube de la Révolution nationale

Image

A l’aube de la Révolution nationale

« Que les autres continuent leurs festins. Nous, dehors, dans une veille tendue, fervente et sûre, nous pressentons dans la joie de notre cœur que déjà l’aube se lève. » Jose-Antonio Primo de Rivera

Après le printemps français né dans l’opposition au mariage homosexuel, le résultat du Front national aux élections européennes est le révélateur des lignes de force qui traversent la société française. Tout comme l’est la prise de position cette semaine de Nicolas Sarkozy en faveur de la suspension des accords de Schengen et donc du retour aux frontières. Les plaques tectoniques de la politique vont du mondialisme vers le nationalisme. Nous, nationalistes, sommes à l’avant-garde de ce grand mouvement irréversible. Le succès du Front national va accélérer le processus de normalisation du parti de Marine Le Pen. Il nous faut donc renforcer et amplifier l’œuvre entreprise depuis deux ans, malgré la répression, afin de créer une alternative crédible à ce système affaibli, bientôt à l’agonie. Ce système n’est pas amendable, il n’est pas réformable ! Jamais les temps n’ont été si propices au triomphe de l’idéal de la Révolution nationale qui, seule, permettra de rétablir la France et dans son sillage la grande civilisation européenne.

Yvan Benedetti


Image

Jeanne D’Arc

Jeanne D'Arc


Image

Jeune Française !

Jeune Nation 033

Retour sur l’ignoble crime raciste anti-blanc à Evry

Barbarie ordinaire à Évry : Un atroce fait divers chez Valls

Il implique quatre mineurs — dont trois récidivistes —, qui ont agi par haine et racisme. À soumettre à Mme Taubira.

Il est des faits divers de portée générale. Celui-là en est un ; non par son atrocité car notre vie quotidienne en est hélas nourrie, mais par sa signification. Il s’est déroulé le 30 mars, peu après minuit, dans un parc d’Évry, le chef-lieu de la circonscription du premier ministre Manuel Valls. Comme cela s’est passé durant la nuit qui précédait le second tour des élections municipales, cette affaire n’a pas eu le retentissement mérité. Elle le devrait pourtant.

Ce soir-là, une jeune fille de 18 ans descend du RER en gare d’Évry. À sa sortie, elle donne un appel de son téléphone portable. Quatre individus se jettent sur elle et l’emmènent dans un parc voisin. Ils la dépouillent de tout ce qu’elle possède, puis la déshabillent et la violent à tour de rôle. Un viol indescriptible de cruauté barbare. Les quatre vont la martyriser pendant plus de deux heures avant de l’abandonner, blessée jusqu’au sang. Un automobiliste la prend en charge, appelle les secours. Elle aura l’énergie de témoigner en portant plainte. Les policiers l’accompagnent aux urgences. On lui donnera trois mois d’arrêt de travail. La voilà choquée pour la vie.

Grâce à ses descriptions détaillées et aux images de vidéosurveillance, les policiers d’Évry arrêtent en moins de vingt-quatre heures les quatre suspects et les confondent avec leurs ADN. Ils procèdent aux interrogatoires dès le lundi 31 après-midi. Les quatre voyous sont mineurs : deux de 13 ans, un de 15, le quatrième de 17. Trois frères turcs, un Marocain. Signes particuliers : l’aîné, 17 ans, a été rendu à la liberté six mois plus tôt après avoir purgé les deux tiers d’une peine de deux ans d’emprisonnement à la suite d’un viol commis sur le fils d’un sous-officier de gendarmerie. Libéré sans contrôle. Le voilà récidiviste. Deux autres ont déjà été interpellés pour vol avec violences. Quatre agresseurs, trois récidivistes — mineurs !

Lors de leurs interrogatoires, et sur ce que l’on a pu savoir de l’enquête, les mineurs n’auraient pas formulé le moindre remords. Au contraire, ils ont exprimé leur haine : oui, ils n’auraient pas touché la jeune fille si elle avait été turque ; oui, ils l’ont agressée parce qu’elle était française et que « les Français sont tous des fils de pute ». Le juge qui les a fait incarcérer les a mis en examen pour viol en réunion et barbarie, mais aussi, plus rare, pour racisme.

Ces faits parlent d’eux-mêmes. Il faut espérer qu’ils ont été portés à la connaissance de Mme Taubira, en raison de leur signification. Les quatre jeunes criminels n’ont eu peur de rien, d’aucune sanction, d’aucun interdit. Ils ont pourtant des parents installés en France ; ils ont pourtant été scolarisés. D’où leur est venue cette soif de haine qui les a animés cette nuit-là en se livrant à des actes innommables sur la personne d’une jeune fille, à peine plus âgée qu’eux, qui symbolisait leur pays d’accueil ? Que va-t-on dénoncer ? Le chômage ? la précarité ? les inégalités ?

Une jeune femme portera sa souffrance intime durant toute sa vie. Et quatre voyous vont aussi perdre leurs années de jeunesse dans un établissement pénitentiaire — on ne peut pas croire qu’ils ne seront pas condamnés fermement. Mais il y a cette réforme pénale portée par Mme Taubira ; il paraît que l’“icône de la gauche” a fait du vote de cette réforme une condition de son maintien à la chancellerie. Une réforme qui, dans sa forme actuelle, prévoit de vider les prisons des condamnés de cinq ans ou moins, qui se refuse à la rigueur appliquée aux mineurs et ne serait pas dissuasive pour les récidivistes de tous âges. La punition véritable est inséparable du respect. Or le respect de la personne, de l’autorité, de la loi, du pays, n’est que le produit d’une hiérarchie des valeurs qui s’enseigne dès le plus jeune âge. Selon le dernier rapport de la Commission nationale consultative des droits de l’homme, 68 % des Français estiment que les personnes d’origine étrangère “ne se donnent pas les moyens de s’intégrer” (sondage BVA).

Voici un autre cas qui se passe de tout commentaire, lu dans Sud Ouest du 27 mars : « Le tribunal correctionnel de Bayonne a retenu un vice de procédure, que plaidait la défense, pour relâcher un Nantais d’origine marocaine de 29 ans. Le 18 mars, lors d’un contrôle routier, celui-ci avait présenté toutes les pièces que l’on doit obligatoirement détenir pour répondre à un contrôle. Soupçonnant une présence suspecte dans le véhicule, la police aux frontières exige l’ouverture du coffre, prétextant qu’elle voulait vérifier le triangle de présignalisation. Ironie du sort, même si 30 kilos de résine de cannabis s’y cachaient, cette requête dépasse le cadre légal du contrôle routier et toutes les poursuites ont donc dû être annulées. Le Nantais est sorti libre du tribunal et les saisies ont été restituées. »

(Source : Valeurs actuelles)


Manuel Valls, l’immonde chien d’Israël nommé premier ministre

Image

Manuel Valls, l’immonde chien d’Israël nommé premier ministre

Ennemi de la famille et de la France éternelle, Manuel Valls, fils de républicains espagnols, celui-là même qui a tenté par tous les moyens de dissoudre l’Œuvre française ainsi que les Jeunesses nationalistes l’été dernier, l’homme le plus méprisant de la gauche actuelle, a été nommé Premier ministre par François Hollande, ce lundi 31 mars, en succession à Jean-Marc Ayrault.

En agissant de la sorte, François Hollande prétend écouter le peuple français, qui demande un changement de politique par son rejet massif de la gauche aux élections municipales, mais sa seule réaction est la promotion de son ignoble juif talmudiste Valls à Matignon ! C’est une France invivable qu’ils sont en train de nous préparer, une France déracinée de sa culture, de son passé, de son histoire, une France broyée de tous bords.

Prenez garde, car notre patience à des limites (comme disait Joseph Goebbels). Nous, nationalistes, sommes à l’avant garde du combat pour la Renaissance de notre pays !

La Révolution nationale que nous appelons de nos vœux ne saurait tarder !


Débat improvisé entre le président de la télévision soviétique TLM et Alexandre Gabriac

Front Venisssieux 5

Le conseiller régional nationaliste Alexandre Gabriac demandé des explications sur la censure mise en place par le président de TLM (Télé Lyon Métropole) Jean-Pierre Vacher, pourtant financé par l’argent des contribuables français. Une plainte contre l’insupportable police de la pensée juive régnant à TLM doit être déposée pour discrimination politique notamment.

Ils ont dit

Dialectique

« Je considère que ce n’est pas un parti républicain. C’est un parti démocrate parce qu’il peut participer aux élections »
Alain Vidalies, ministre chargé des relations avec le Parlement, à propos du Front national.

Sauveur

« Seule l’UMP peut sauver la France »
Jean-François Copé, président du parti libéral, impliqué dans plusieurs affaires politico-financières, lors d’une réunion à Gournay-sur-Marne pour soutenir son coreligionnaire Franck Attal. L’UMP a dirigé la France sans partage de 2002 à 2012.

Priorisation

« Peut-être qu’on n’a pas assez bien priorisé, assez expliqué le projet de société qui était le nôtre »
Harlem Désir, député européen corrompu du PS dont il est le premier secrétaire.

Attentat (I)

« Hier, au moment même où Nathalie Kosciusko-Morizet proposait une charte éthique pour les conseillers de Paris, elle scellait un pacte avec le clan Tiberi, commettant de la sorte un véritable attentat contre la démocratie »
Christophe Najdovski, responsable du parti d’extrême-gauche EELV.

Attentat (II)

« Ce qui s’est fait entre le PS et les Verts, c’est un attentat contre l’écologie [et] contre ceux qui ont vraiment des convictions sur le sujet »
Nathalie Kosciusko-Morizet, candidate UMP à la mairie de Paris.

La défaite tranquille

« Je l’ai trouvé calme, je l’ai trouvé serein, et je crois que François Hollande prend la mesure de la situation et qu’il saura s’exprimer très rapidement »
Jean-Pierre Bel, président PS du Sénat à propos de François Hollande. Selon lui le problème n’est ni l’invasion, ni l’occupation juive, ni le chômage, ni la criminalité, ni la destruction des valeurs essentielles de la société. Le problème c’est que les électeurs sont idiots et n’ont rien compris et que donc par ce vote-sanction, « les Français nous [aux socialistes] demandent d’expliquer quelle est la politique que nous menons ». Le pire selon lui, alors que c’est exactement ce que réclament les Français qui ont voté comme ceux qui se sont abstenus, «serait de donner l’impression que nous changeons de cap, et que nous revoyons totalement la politique qui a été fixée ».

Audition

« Sans attendre dimanche, il convient d’entendre les Français quand ils s’expriment et même d’ailleurs, quand ils s’abstiennent de le faire »
François Hollande, cité par Najat Belkacem.

Valeurs

« Elles sont sur la même ligne concernant la défense des valeurs de la famille et des droits de l’enfant »
a déclaré Emmanuelle Dauvergne, conseillère dans le VIIe arrondissement de Paris, évoquant Christine Boutin et Rachida Dati, mère-célibataire d’une fille dont elle a longtemps caché le nom du père après avoir enchaîné les amants. Elle avait fini par réclament 6 000 euros de pension au père présumé, Dominique Desseigne. Dans un message sur Twitter, Christine Boutin a engagé « tous ceux qui crois [sic] dans la dignité de l’homme, dans la famille composée d’un homme et d’une femme de ne pas voter pour NKM ».

La préservation dans la réforme

« Il faut préserver le modèle social français tout en le réformant, ce qui nécessite du courage, de la constance et de la détermination, tout en gardant à l’esprit l’idée de justice et l’attention aux couches populaires et moyennes »
a déclaré un conseiller de Jean-Marc Ayrault espérant sauver sa place, ajoutant que si les Français n’ont vu aucune amélioration durant 18 mois, cela devrait être le cas très bientôt : « On verra les fruits de tout ce travail dans les jours à venir » n’a-t-il pas craint d’affirmer.

Front Venisssieux 4

La liste « Vénissieux Fait Front » avec Yvan Benedetti et Alexandre Gabriac. La liste est qualifiée pour le second tour avec 11,5 % pour une quadrangulaire avec le PC (30,7 %), l’UMP (21,4 %) et le PS (15,8 %). Affolé par le résultat, le janissaire de Manuel Valls à Lyon, le préfet Jean-François Carenco, a affirmé qu’il ferait tout pour invalider la liste VFF, évoquant par exemple les prétendus candidats inscrits de force.

Front Venisssieux 2

http://www.venissieuxfaitfront.com/

Source Jeune Nation